Offrez-vous la griserie d’une ambiance Grand Nord dans la région de Spitzberg. Une région méconnue qu’il faut savoir découvrir en prenant son temps.



Expédition en traîneau à chiens

C’est une activité typique de la région, qui ne nécessite pas un apprentissage particulier. Quelques indications sur la technique de l’attelage, les moyens de guider les chiens et la façon de s’arrêter suffisent. Une fois les huskies sanglés, l’équipage est paré pour l’aventure, la griserie des longues descentes à travers les bois et le vertige des espaces glacés. Il arrive que l’on fasse mener un traîneau par une douzaine de chiens. Si c’est votre première expérience, cinq suffiront. Dès le départ, les huskies jaillissent, comme des fusées ! Après une pointe de vitesse pour se dégourdir les pattes et tester les capacités de l’apprenti-musher, les chiens prennent un rythme de promenade. On peut faire le tour de l’archipel en traîneaux avec ses 1 000 km de pistes à travers les parcs et l’étendue de glace.

Randonnée pédestre à l’intérieur des parcs naturels

Spitzberg renferme une nature quasiment intacte, plusieurs parcs naturels et un paysage à couper le souffle. Pendant l’été, on peut faire des randonnées dans des sentiers qui reliaient le plateau de Plataberget, le glacier de Foxfonna, en passant par le mont Nordenskioldfjellet et jusqu’au fond des vallées. En traversant les forêts, on peut apercevoir des chevreuils dont on lit la trace dans la neige. Avec les cerfs, les biches, l’ours et les sangliers, ils sont nombreux à courir dans les bois. Au bout d’une petite heure de route, le groupe atteint le sommet du Nordenskioldfjellet à 1 053 m d’altitude, dont la vue panoramique domine la vallée dont le filet d’argent se perd dans une brume bleutée.

Observation animalière sur l’île du Svalbard

Svalbard est une île préservée, à la vaste étendue de glace, cerné par les spectaculaires fjords de glace. Elle offre une diversité peu commune, à travers des espaces protégés où la faune sauvage retrouve à nouveau refuge. C’est un endroit idéal pour observer les oiseaux marins, des renards arctiques chassant le poisson, des mergules nains et parfois même des ours blancs. En raison des distances et pour ne pas effrayer la faune sauvegardée, c’est lors d’une croisiere Spitzberg, menés par un guide, que s’effectue l’observation. Au détour des chemins, on surprend alors des petits ours avec leurs parents se partagent du poisson ou des rennes broutant longuement une herbe bien verte, née avec le printemps. Et après, deux heures de balade, on retourne à Longyearbyen.

Séjour dans les anciennes cités minières russes

Tracés au cœur du Svalbard, les sentiers balisés pour la randonnée utilisent les voies ouvertes pour les diverses activités de la montagne. Le chemin des charbonniers rappelle une industrie du charbon dont une seule reste en activité aujourd’hui. Une escale se fera pendant la soirée dans la cité de Barentsburg. Cette région accueille « fondeurs » et randonneurs en hiver et, en été, les troupeaux en transhumance. Mais pour admirer le paysage ou pour le déjeuner, les pauses sont toujours appréciées. Avant de quitter Svalbard, les visiteurs de la croisiere spitzberg s’offrent un dernier coup d’œil : la neige à l’infini et pour seul horizon, des pics de montagne qui scintillent sous le ciel bleu.

 



Écrire un commentaire

Quelle est la première lettre du mot kegs ?

Fil RSS des commentaires de cet article